PETIT BOULI

Publié le par Gianmarco Toto

PETIT BOULI

Petit Bouli est un enfant qui ne tient pas en place. Ni à la maison, ni à l’école, ni chez le psychologue,…etc. Un jour, il visite un aquarium géant et une réserve naturelle. A partir de ce moment, la vie de petit Bouli bascule complètement. C’est la révélation : les animaux ont le pouvoir d’apaiser le garçon. Mais rien n’est joué et il faudra encore beaucoup d’effort à petit Bouli et ses parents pour trouver la meilleure solution. Une pièce de théâtre drôle et émouvante sur l'acceptation des différences et les enfants hyper actifs pour les 7 - 10 ans.

Personnages

Petit Bouli

Le père

La mère

Mme Blansec (La maîtresse d’école)

Le psychologue

Des enfants conteurs

Des enfants écoliers

Un enfant conteur

L’histoire que nous allons vous raconter… Et ben… Comment dire ? Ce n’est pas une histoire comme les autres. Certains préfèrent raconter des contes de fées, des histoires à dormir debout, de pirates, de monstres, de géants ou de lutins. Et bien, cette fois-ci, c’est une histoire vraie que vous allez découvrir. Enfin, presque vraie, nous avons juste changé les prénoms. Normal, car cette histoire aujourd’hui est peut être la vôtre ou vous est peut être déjà arrivée. Alors, on ne sait jamais…

Toute histoire a son héros. Nous avons appelé le nôtre : petit Bouli. Petit Bouli est un garçon comme les autres… Enfin presque… A part qu’il a un gros défaut : il ne tient pas en place. Comment dire… Faut toujours qu’il bouge partout, qu’il touche à tout, qu’il commente tout,…etc. Bref, petit Bouli est un boulet.

A la maison, il n’en fait qu’à sa tête…

Petit Bouli apparaît en bruitant et mimant un avion bombardier. Sa mère, mécontente, apparaît à son tour.

La mère

Bouli, veux-tu bien cesser tout ce bruit !

Bouli

Mais maman, je pilote un bombardier. Peux pas m’arrêter comme ça en plein vol. Je risque le crash. Et puis j’ai presque gagné la guerre…

La mère

Peut être mais là, il y a un « cessez le feu » urgent à ordonner…

Bouli

(Il pose son avion imaginaire, se met au garde à vous et parle très fort.)

Ok, général ! Bien reçu, général ! A vos ordres général !

La mère

Tu n’es pas obligé de hurler.

Bouli

(Même jeu.)

C’est comme ça qu’on parle à son supérieur, général !

La mère

(Désolée.)

Oh, j’abandonne. Repos soldat.

La mère sort en laissant Petit Bouli qui mime à présent un soldat en ordre de marche qui compte haut et fort les pas qu’il fait. On entend soudain la voix de la mère qui hurle depuis l’extérieur.

Voix off de la mère

Bouliiii ! Qu’est-ce que tu as fait à ta chambre ! (Elle apparaît une nouvelle fois, furieuse.)

Bouli

(D’une voix forte, toujours comme un soldat.)

C’est la guerre, mon général ! Il y a toujours des dommages collatéraux quand c’est la guerre, mon général ! Les vestiges du dernier bombardement, mon général ! (Prenant un air affecté et solennel.) Recueillons-nous à la mémoire des soldats disparus… (Il imite une trompette funèbre.)

La mère

(Furieuse en hurlant.)

Bouli ! Tu avas arrêter ça ! Tu vas me faire le plaisir de ranger ta chambre et de remettre tous les meubles en place ! Tu entends ?

Le père

(Il apparaît, son journal à la main.)

Qu’est-ce que c’est que tous ces cris ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

La mère

(Toujours furieuse.)

Ha, te voilà, toi ! Veux-tu bien expliquer à ton fils que la guerre est finie et qu’il est temps de ranger sa chambre. Je vais dans la cuisine avant de le mettre aux arrêts de rigueur et de le faire fusiller. (Elle sort précipitamment.)

Bouli

(Feignant le désespoir du soldat condamné.)

Pitié, mon général, pitié ! Nous avons fait notre devoir mais l’ennemi était plus nombreux et nous avons été submergé par les assauts répétés…

Le père

Bouli, stop ! Assez !

Bouli

(Obéissant toujours comme un soldat.)

A vos ordres, mon colonel !

L’enfant conteur

Je sais ce que vous vous dites. Vous pensez que c’est normal après tout, que cet enfant est comme les autres, qu’il a l’imagination galopante et qu’il suffit de le raisonner. Mais petit Bouli ne peut pas être raisonné comme les autres enfants. Petit Bouli est un actif. Très actif même. Voire hyper actif. Faut qu’il touche à tout, commente tout. A tel point qu’il est impossible de regarder un film à la télévision avec lui et ça, ça agace son papa, mais alors à un point…

La mère, le père et Bouli regardent un western à la télévision.

Bouli

Pourquoi, ils veulent se battre ?

Le père

Parce qu’ils savent qu’ils ne peut y avoir que cette solution…

Bouli

Quelle solution ?

Le père

L’un, c’est le gangster et l’autre le shérif, Bouli…

Bouli

Mais pourquoi ils attendent aussi longtemps pour dégainer et tirer ?

Le père

C’est le suspens, Bouli. Dans un western, il y a toujours du suspens.

Bouli

Et c’est quoi le suspens ?

Le père

Chut ! C’est maintenant, tu vois derrière le shérif sur le toit, il y a un autre gangster avec un fusil…

Bouli

(Se levant soudain devant l’écran en hurlant.)

Attention, shérif, derrière-toi, il y a un type avec un fusil…

Le père

(Gesticulant de droite à gauche pour mieux voir l’écran.)

Bouli, assieds-toi, on ne voit plus rien…

Bouli

(Même jeu.)

Attention, shérif, derrière… Derrière-toi ! Il y en a un autre !

Le père

Mais assieds-toi, nom de nom, on ne voit rien, je te dis…

Bouli

Trop tard…

Le père

Trop tard ? Quoi, trop tard ? Bouli, enfin, on n’a rien vu…

Bouli

Le shérif s’est fait dégommé, comme ça… (Bouli mime bruyamment la mort du shérif devant ses parents qui restent abasourdis.)

L’enfant conteur

Et c’est tout le temps la même chose. Même à l’école petit Bouli n’arrive jamais à rester en place au grand désespoir de Madame Blansec, la maîtresse.

Toute la classe est concentrée sur un devoir. La maîtresse écrit au tableau. Petit Bouli lève alors la tête et regarde de droite à gauche. Puis il se lève en bruitant et mimant un camion de pompier pour aller jusqu’à la poubelle.

Bouli

Pimpon, pimpon ! Alerte, alerte ! Crayon blessé ! La mine est cassée ! Vite, il faut tailler…

Mme Blansec

Bouli, je peux savoir ce que tu fais, là ?

Bouli

Je tente de sauver mon crayon, madame, sinon il va mourir.

Toute la classe rigole.

Mme Blansec

(A la classe.) Allons, allons, un peu de calme, je vous prie. (A Bouli.) Bouli, veux-tu bien rejoindre ta place immédiatement !

Bouli

Mais madame, je ne peux pas. Si je ne fais rien pour sauver mon crayon, je risque de le perdre…

La classe rigole à nouveau.

Mme Blansec

(Plus autoritaire.)

Bouli, fait ce que je te dis et va te rasseoir ! (Elle esquisse un mouvement vers Bouli afin d’aller le raisonner mais ce dernier s’enfuit en mimant toujours un camion de pompier.)

Bouli

Hôpital bondé ! Vite, il faut en trouver un autre ! Alerte, alerte ! Pimpon, pimpon,…

Mme Blansec

(Hurlant en courant après Bouli dans une classe qui chahute de plus en plus.)

Bouli ! Arrête ça de suite ! Bouli, tu entends ? Bouli, je vais me fâcher…

La poursuite continue dans une pagaille générale.

L’enfant conteur

Dans la cour, à la récré, Bouli n’avait pas beaucoup de copains. Il était tellement casse-pieds que personne ne voulait jouer avec lui. Pire encore, il était souvent chahuté par ses camarades de classe.

Un camarade

Bouli est un casse-pieds !

Un autre camarade

Bouli est un raseur !

Un autre camarade

Bouli est un boulet !

Tous les camarades

(En scandant de concert.)

Bouli est un boulet ! Bouli est un boulet !

L’enfant conteur

Et c’était tous les jours la même histoire. A tel point, qu’un jour, Mme Blansec, inquiète du sort de petit Bouli, convoqua les parents.

Les parents, dans une attitude apparente de gêne, écoutent la maîtresse. Petit Bouli est à côté et ne tient toujours pas en place. Il mime un combat contre des guerriers imaginaires.

Mme Blansec

Vous voyez ? Et bien, c’est toujours la même chose. Ce n’est plus une classe, c’est un enfer. Il va falloir trouver une solution car ce n’est plus possible de continuer comme ça. Si ce problème n’est pas réglé, nous serons dans l’obligation de renvoyer votre enfant de l’école.

La mère

Mais enfin, madame, vous n’y pensez pas ?

Mme Blansec

Justement, j’y pense de plus en plus. Comment voulez-vous donner la classe avec un élève qui se lève à n’importe quel moment pour voler comme Superman pour aller chercher un livre, ou ramper sous les tables comme un soldat pour éviter de se faire surprendre par un ennemi imaginaire ?

Le père

Il a de l’imagination, je vous l’accorde mais tout de même, c’est un enfant et…

Mme Blansec

A ce stade, ce n’est même plus de l’imagination, monsieur, mais de la perte totale de contrôle. Je ne vois qu’un seul moyen, vous devez prendre un rendez-vous avec un psychologue.

L’enfant conteur

Et ce que firent les parents de Bouli. Ils prirent rendez-vous avec un psychologue qui tenta de comprendre ce qui pouvait bien se passer dans la tête de petit Bouli.

Le psychologue

Alors, mon garçon, raconte-moi, que t’arrive-t-il ?

Bouli

Ben, rien. Je ne peux pas m’empêcher d’inventer des choses, c’est tout…

Le psychologue

D’inventer des choses… Oui, oui, oui… Je vois, je vois, je vois,… Et qu’est-ce que tu inventes comme choses ?

Bouli

Ben, je m’invente des histoires… J’imagine quelles sont vraies et voilà…

Le psychologue

Et voilà… Je vois, je vois, je vois,… Oui, oui, oui,… Et tu pourrais, là, maintenant, m’inventer une histoire ?

Derrière petit Bouli, ses parents font un signe discret pour décourager le psychologue de poursuivre l’expérience.

Bouli

Ben, c’est facile… (Il ferme les yeux pour se concentrer.) Voilà, j’y suis. (Il ouvre les yeux puis se lève.) Je suis la créature inventée par l’horrible professeur Duchnoc (Il désigne du doigt le psychologue.)

Le psychologue

(ll dissimule sa gêne derrière un petit sourire surfait.)

Oui, oui, oui,… je vois, je vois, je vois,… Amusant ce petit…

Bouli

(Il mime tout ce qu’il raconte.)

Le professeur Duhnoc est certain de contrôler la pauvre créature mais il n’en est rien car la créature se libère des liens qui la tenaient prisonnière de son siège.

Le psychologue

Oui, oui, oui,… Très théâtral ce petit… Je vois, je vois, je vois…

Bouli

A présent, la créature avance vers son ignoble créateur. Elle le reconnaît et d’un seul bon se jette sur le professeur pour le détruire…

Il bondit sur le psychologue et commence et fait mine de l’étrangler. Le psychologue n’arrive pas à se dégager.

Le psychologue

Mais enfin… Je te prie de cesser… Mais c’est qu’il est costaud le marmot !

Bouli

Trop tard ! La créature, enragée, va bientôt mettre fin à la vie de son créateur.

Le psychologue

(Affolé aux parents.)

Mais enfin, faites quelque chose, je n’arrive plus à bouger,…

Le père

(Il affiche une mine blasée.)

On vous avait prévenu, docteur,…

La mère

(Même attitude que son mari.)

Oui, on vous l’avait bien dit…

Le psychologue

(Toujours prisonnier de Bouli qui pousse des rugissements de monstre.)

Mais enfin, il faut faire quelque chose… Je ne peux pas… Il y a bien quelque chose à faire…

Le père

Désolé. La seule à faire c’est d’attendre…

La mère

Oui, d’attendre que l’histoire se termine…

Le psychologue

(Il panique de plus en plus.)

Mais empêchez-le, faites quelque chose,… Veux-tu me lâcher…

L’enfant conteur

Et cela dura encore quelques temps avant que petit Bouli en eut fini avec son histoire de créature et de savant fou. Le psychologue enfin libéré et remis de ses émotions conseilla aux parents de petit Bouli de lui montrer des choses, beaucoup d’autres choses afin de l’empêcher de se raconter des histoires. Il fallait lui occuper l’esprit. C’est ainsi qu’un beau jour, les parents de petit Bouli eurent l’idée de l’amener à l’aquarium géant de la ville. Et là, se fut la métamorphose. Bouli ne disait plus rien et ne faisait plus rien devant les immenses vitres derrière lesquelles les poissons nageaient paisiblement.

Le père

Tu as vu, chérie ? Bouli n’a rien dit depuis le début de la visite.

La mère

Oh, oh, ça à l’air de marcher, on dirait. Tu crois que les poissons peuvent le voir derrière ces grosses vitres épaisses ?

Le père

Je ne sais pas, pourquoi ?

La mère

Tu n’as pas remarqué quelque chose depuis tout à l’heure ? Les poissons se rapprochent toujours de l’endroit où se trouve Bouli…

Le père

C’est, ma foi, vrai… Oh, dis-donc, ça me donne une idée !!!!

L’enfant conteur

Et le papa de petit Bouli lui offrit un poisson rouge dans un bocal. Depuis ce jour, on n’entendit plus petit Bouli inventer des histoires saugrenues, bruyantes et gesticulantes dans toute la maison. Non. Petit Bouli restait avec son poisson rouge dont il s’occupait vraiment très bien. Les parents attendris étaient heureux du nouveau comportement de leur bambin.

Les parents

Qu’il est mignon !

L’enfant conteur

Mais hélas, à l’école, il en était tout autrement car plus de poisson rouge. Alors petit Bouli redevenait comme avant, comme tout le temps : brouillon, tapageur et délirant.

Mme Blansec

(Poursuivant Bouli dans le chahut de sa classe.)

Bouli, veux-tu bien cesser je te prie et venir immédiatement ici !

Bouli

Mais la vilaine sorcière poursuivait le pauvre garçon dans toute la forêt infestée de trolls puants et hurlants…

Mme Blansec

Bouliiiii !!!!

L’enfant conteur

Elle convoqua une nouvelle fois les parents qui lui confirmèrent que le psychologue avait été très clair sur petit Bouli.

Le père et la mère

Le psychologue a été très clair sur petit Bouli !

Mme Blansec

A la maison, il y a du mieux, peut être. Mais en classe, c’est toujours la même chose…

L’enfant conteur

Petit Bouli est toujours un boulet. Alors, ils retournèrent voir le psychologue qui insista pour que ses parents continuent de lui occuper les idées.

Le psychologue

(Petit Bouli est à cheval sur le psychologue à quatre pattes.)

Je vous assure qu’il faut occuper l’esprit de cet enfant le plus souvent possible…

Bouli

Allez, hue cocotte ! Et le chevalier parcourut la vallée sur son fidèle canasson afin de terrasser le dragon…

Le psychologue

Et sortez-le de là, je vous en prie…

L’enfant conteur

Alors, les parents de petit Bouli décidèrent de lui changer encore les idées. Ils l’emmenèrent au zoo cette fois-ci. Mais pas un zoo où les animaux sont enfermés dans des cages avec des airs tristes et ennuyés. Non, non, une réserve naturelle où les visiteurs circulent librement au milieu des animaux ou est-ce plutôt l’inverse ? Qu’importe car la magie opéra une nouvelle fois et petit Bouli retrouva son calme et sa tranquillité d’esprit. A tel point que les animaux venaient le voir et s’approchaient tout à fait du garçon sans que cela ne l’effraie.

La mère

Tu as vu ? Bouli a un don avec les animaux. Regarde-le comme il sait y faire…

Le père

Je vois ça… Oh, mais oui, oui, oui… Ca me donne une idée…

L’enfant conteur

Et le papa de petit Bouli offrit à son fils un petit chien. Idée géniale car à présent petit Bouli était très occupé et calme avec son poisson rouge et son nouvel ami, le chien. Mais à l’école le problème n’était toujours pas réglé car petit Bouli n’en faisait toujours qu’à sa tête…

Mme Blansec

(Courant après Bouli dans une classe survoltée.)

Bouli, veux-tu cesser immédiatement, je te prie ! Bouliiiiii !

Bouli

Mais la vieille sorcière ne cessait de poursuivre le pauvre orphelin dans les couloirs de sa maison infestée de gros et vilains rats…

L’enfant conteur

Et la maîtresse convoqua une dernière fois les parents de Bouli. Mais cette fois-ci le papa de Bouli tenait une idée…

Le père

(Fier et sûr de lui.)

Je tiens une idée !

La mère

(Inquiète.)

Oui ? Et bien, ne la lâche pas celle-là parce que je crois qu’on n’aura pas une autre chance !

Mme Blansec

(Furieuse et essoufflée.)

Je confirme : c’est votre dernière chance !

L’enfant conteur

Et le papa souffla à l’oreille de la maîtresse la solution qui pourrait sauver petit Bouli du renvoi définitif de son école…

Mme Blansec

(Etonnée.)

Ciel ! Drôle d’idée ! Mais je veux bien essayer !

L’enfant conteur

Bouli eut la permission spéciale de venir avec son chien à l’école. Ce qui modifia totalement son attitude, vous vous en doutez bien. Mais pas seulement car ses camarades virent Bouli sous un autre jour et cessèrent de le harceler ou de l’insulter.

Bouli

(Fier au milieu de la classe, tenant son chien en laisse.)

Je vous présente Bouboule, mon chien de compagnie…

La classe applaudie et s’attendrie devant le chien.

… Mais je vous préviens ce n’est pas un chien comme les autres car c’est un chien super-héros…

La clameur réjouie de la classe s’éteint soudain craignant que petit Bouli ne soit victime d’un nouveau délire.

…Ben, qu’est-ce que j’ai dit ? Cette fois-ci, c’est vrai, faut être un vrai super héros pour réussir à calmer Bouli…

Après un soupir général de soulagement, les cris de joies et les applaudissements reprennent de plus belle.

L’enfant conteur

Et c’est ainsi que petit Bouli pu apprendre à contrôler son trop plein d’énergie. Petit Bouli grandit et devint même un jour le plus grand spécialiste des animaux. Alors, si vous êtes comme petit Bouli, que vous ne tenez pas en place, que vous débordez d’énergie, que vous affolez vos parents ou agacez votre maîtresse, que vous vous sentez différent, pas de panique, faites comme petit Bouli : trouvez ce qui va réussir à vous calmer, à vous tranquilliser, vous apaiser, et vous ne serez jamais des petits boulets. Et puis, être différent ce n’est pas une maladie. Au contraire, c’est chouette la variété. Nous avons tous des qualités et des défauts. C’est à chacun de savoir quoi en faire.

Toute représentation ou reproduction interdite sans l'avis de l'auteur.

Publié dans Théâtre enfants

Commenter cet article